blog

Le Blog Santé

Consultez notre blog dédié à la santé et à celle de votre famille : dernières informations santé, nos nouveaux produits, nos enquêtes !

JE RECHERCHE

Par gamme :
Par besoins :

Quel traitement pour une plaie chez un patient diabétique ? – BNM Santé

Diabète alimentation santé plaies
Découvrez nos remèdes naturels à base de miel de manuka pour les plaies diabétiques et comment favoriser la cicatrisation de ces blessures qui passent parfois inaperçues et qui sont difficiles à traiter.

Comment soigner une plaie chez un patient diabétique ?

Les plaies et le diabète

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Cela se traduit par un taux de glucose dans le sang (encore appelé glycémie) élevé : on parle d’hyperglycémie.

Les aliments sont composés de lipides (graisses), protéines (protéines animales ou végétales) et glucides (sucres, féculents). Ce sont eux qui fournissent l’essentiel de l’énergie dont a besoin le corps pour fonctionner, passent dans l’intestin, puis rejoignent la circulation sanguine.

Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente, les glucides sont alors transformés essentiellement en glucose. Le pancréas détecte l’augmentation de la glycémie. Les cellules bêta du pancréas, regroupées en amas appelés îlots de Langerhans, sécrètent de l’insuline. L'insuline fonctionne comme une clé, elle permet au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme : dans les muscles, dans les tissus adipeux et dans le foie où il va pouvoir être transformé et stocké. Le glucose diminue alors dans le sang.

Une autre hormone, le glucagon, permet de libérer le glucose stocké dans le foie, en dehors des repas, lors d’une baisse énergétique ou d’une baisse de glycémie, c’est l’équilibre de ces hormones qui permet de maintenir la glycémie stable dans le corps. En cas de diabète, ce système de régulation ne fonctionne pas.

Pour déterminer si un patient souffre de diabète, un dosage de la glycémie est pratiqué en laboratoire d'analyses médicales. Un diabète est avéré lorsque la glycémie à jeun est égale ou supérieure à 1.26 g/l à deux reprises ou égale ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

 

Les deux types de diabète

On distingue principalement deux types de diabète : le diabète de type 1 qui touche environ 6% des diabétiques et le diabète de type 2 qui en touche 92 %. Les autres types de diabète concernent les 2 % restants (MODY, LADA ou diabète secondaire à certaines maladies ou prises de médicaments).

  • Le diabète de type 1

Le diabète de type 1, encore appelé diabète insulinodépendant, concerne environ 10% des diabétiques et est habituellement découvert chez les personnes jeunes : enfants, adolescents ou jeunes adultes. Les symptômes sont généralement une soif intense, des urines abondantes, un amaigrissement rapide. Ce diabète résulte de la disparition des cellules bêta du pancréas entraînant une carence totale en insuline. L’organisme ne reconnaît plus ces cellules bêta et les détruit (les cellules bêta sont détruites par des anticorps et des cellules de l’immunité, les lymphocytes, fabriquées par l’organisme) : on dit que le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Le glucose ne pouvant entrer dans les cellules retourne dans le sang. Le taux de glucose dans le sang s’élève alors.

  • Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 apparaît généralement chez les personnes âgées de plus de 40 ans. Cependant les premiers cas d’adolescents et d’adultes jeunes touchés apparaissent en France.

Le surpoids, l’obésité et le manque d’activité physique sont la cause révélatrice du diabète de type 2 chez des personnes génétiquement prédisposées. Sournois et indolore, le développement du diabète de type 2 peut passer longtemps inaperçu : on estime qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic.

Dans le diabète de type 2, autrefois appelé non insulinodépendant (DNID), le processus est différent de celui du diabète de type 1. Deux anomalies sont responsables de l’hyperglycémie :

  • soit le pancréas fabrique toujours de l’insuline mais pas assez, par rapport à la glycémie : c’est l’insulinopénie ;
  • soit cette insuline agit mal, on parle alors d’insulinorésistance.

L'insuline ne peut plus réguler la glycémie et cette résistance épuise progressivement le pancréas qui finit par ne plus assurer une production suffisante d'insuline. Ces deux mécanismes font que le glucose ne pénètre pas dans les cellules du corps et reste dans la circulation sanguine. Le taux de glucose dans le sang n’est pas régulé par l’insuline.

 

Quelles sont les conséquences du diabète sur une plaie ?

Le but du traitement dans les deux types de diabète est de normaliser la glycémie : les hyperglycémies répétées et prolongées entraînent à long terme une altération des nerfs et des vaisseaux sanguins présents dans tout le corps. Ce sont les complications du diabète qui peuvent se traduire par une cécité, des atteintes et lésions des membres inférieurs, surtout des pieds, pouvant conduire à des amputations, des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux, des troubles de l’érection ou une insuffisance rénale.

L'élévation de la glycémie et la fatigue parfois engendrée par la maladie rendent les diabétiques plus à risque d'infections chroniques parfois difficiles à guérir. Il peut s’agir d’infections de la peau, des gencives, des voies respiratoires, du vagin ou de la vessie. En outre, le diabète peut ralentir le processus de cicatrisation, ce qui peut causer des infections récalcitrantes dans les plaies. Les infections aux pieds sont les plus fréquentes : le diabète entraîne une perte de sensibilité et une déformation osseuse des pieds qui favorisent l'apparition de blessures, qui peuvent passer inaperçues jusqu’à ce qu’elles deviennent trop importantes à ignorer, et donc difficiles à soigner.

« Les personnes en bonne santé ne pourraient plus marcher dans ces conditions, mais les diabétiques ne ressentent aucune douleur. Ils ne sentent pas le drame qui se joue dans leurs chaussures », explique le Pr Agnès Hartemann, chef de service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP).

En partie dues à la neuropathie, elles peuvent s’accompagner d’ulcères, et parfois même nécessiter l’amputation du pied en cas de gangrène.

stades plaie pied diabétique

Une nouvelle étude publiée par « Nature Communications » met en lumière les liens complexes entre le diabète et les plaies chroniques. En particulier, elle révèle que le retard dans le métabolisme de l'insuline chez une personne diabétique est l’une des causes profondes des retards de cicatrisation. Ce trouble du métabolisme affecte en effet les cellules de la peau en contact avec le flux sanguin.

Pour des millions de personnes atteintes de diabète dans le monde entier, les plaies chroniques sont une préoccupation constante. Chez les patients atteints de diabète, une simple coupure ou égratignure peut entraîner des complications graves. Ainsi, en France, plus de 20 000 patients diabétiques porteurs de plaies, sont hospitalisés chaque année et près de 8 000 seront amputés d’un membre inférieur. Parce que la peau du patient diabétique ne cicatrise pas rapidement, les bactéries peuvent se coloniser dans le tissu lésé, conduisant à un ulcère chronique, plaie diabétique la plus fréquente. L’ulcère du pied diabétique est l’une des causes les plus fréquentes d’amputation. La littérature a déjà documenté différents processus par lesquels le diabète peut affecter la cicatrisation des plaies, comme le taux d’infection, les lésions des vaisseaux sanguins, et la perte de sensation. Cette nouvelle étude contribue à une meilleure compréhension de ces processus sous-jacents et qui affectent la cicatrisation chez le patient diabétique.

Des chercheurs de l'Institut de génétique de l'Université de Cologne montrent tout l’impact du métabolisme de l'insuline sur la cicatrisation. Alors que jusqu’ici, les scientifiques « accusaient » les niveaux élevés de glucose, une glycémie élevée pouvant interférer avec le système immunitaire, la recherche montre que la résistance à l’insuline est également responsable d’une cicatrisation ralentie.

 

Nos remèdes à base de miel

Pourquoi le miel de manuka Medihoney® ?

Le miel de manuka est produit en Nouvelle-Zélande par les abeilles qui butinent le pollen des fleurs de manuka (leptospermum scoparium). Le manuka est un arbrisseau mesurant environ trois mètres de hauteur qui pousse sur les immenses territoires sauvages de ce pays. Appartenant à la famille des Myrtaceae, son huile essentielle est réputée pour ses propriétés antibactériennes et est utilisée par les Maoris depuis des siècles à des fins médicinales pour améliorer la santé. Sa floraison ne dure que six semaines, les abeilles n’ont alors que ce laps de temps pour fabriquer ce miel rare aux propriétés exceptionnelles, particulièrement indiquées dans le cas des plaies diabétiques :

  • Activité antibactérienne élevée : pour avoir une forte activité antibactérienne, un miel doit contenir un taux de methylglyoxal (MGO) supérieur à 312mg/kg. Le miel de manuka Medihoney® utilisé dans nos produits contient un taux de MGO supérieur à 355mg/kg (taux mesuré en laboratoire certifié).
  • Diminution du pH dans le lit de la plaie : une réduction de pH du lit d’une plaie chronique de 0,1 permet de diminuer de 8,1% la taille de la plaie. Le miel de manuka a un pH compris entre 3,5 et 4,5, et contribue donc fortement à faire baisser le pH du lit des plaies dans lequel il est appliqué. (Gethin, Georgina 2007. WOUNDS : UK. Vol 3 No.3.)
  • Détersion des plaies par son action osmotique : il évite le débridement mécanique chirurgical donc la douleur et le traumatisme du patient et entretient un milieu sain dans la plaie, propice à la cicatrisation.
  • Maintien d’un milieu humide dans la plaie qui favorise la cicatrisation.
  • Changement de pansement facilité par l’absence d’adhérence, de douleur et de lésion des tissus cicatriciels nouvellement reconstruits : il favorise la cicatrisation et le confort à la fois du patient et du soignant.
  • Stimulation immunitaire et anti-inflammatoire : des modèles cellulaires montrent que le miel stimule la production de cytokines proinflammatoires (IL-1β, IL-6, TNF-α) par les monocytes et les macrophages, la prolifération des lymphocytes B et T et qu'il est capable de neutraliser les espèces réactives de l'oxygène (ROS) à très faible concentration (entre 0,1 et 1%). Ceci lui permet d'activer la réponse immune de l'organisme face à une infection et d'initier le processus de réparation tissulaire. (Annaëlle Le Bihan. Les pansements au miel dans la cicatrisation des plaies aiguës et chroniques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. dumas-01756927.)

 

Comment aider à cicatriser et protéger une plaie diabétique avec le miel de manuka ?

La gamme Medihoney® permet un large éventail d’applications et d’utilisations propices aux soins des plaies. Dans le cas des plaies diabétiques, les produits suivants seront les plus appropriés :

  • La crème 100% miel et le gel cicatrisant :
    • Composés respectivement de 100% et 80% de miel de manuka Medihoney®
    • Fort pouvoir antibactérien du fait de leur taux élevé de miel de manuka dans leur composition
    • Très bonne détersion des plaies
    • Maintien d’un milieu humide dans la plaie
    • Réduction des mauvaises odeurs dans les plaies infectées.
  • Le pansement tulle et le pansement alginate :
    • Composés respectivement de 85% et 95% de miel de manuka Medihoney®
    • Fort pouvoir antibactérien du fait de leur taux élevé de miel de manuka dans leur composition
    • Maintien d’un milieu humide dans la plaie
    • Changement des pansements atraumatique
    • Réduction de l’œdème, de la douleur et de l’exsudat.
  • Les pansements HCS (hydrocellulaire siliconé) :
    • Composés de 63% de miel de manuka Medihoney®
    • Fort pouvoir antibactérien du fait de leur taux élevé de miel de manuka dans leur composition
    • Très bonne détersion des plaies
    • Maintien d’un milieu humide dans la plaie
    • Correspondent à un usage pour plaies sèches à exsudat léger.

 

Le cas du pied diabétique

Diabète plaie pied

Les complications du diabète qui touchent les pieds sont étroitement liées à la baisse de sensibilité des nerfs de contact, empêchant la perception des petites blessures ou anomalies du pied (cor, durillon, fissure, crevasse, mycose...), lesquelles finissent par s'amplifier et s'infecter... avec un risque d'amputation.

La neuropathie perturbe surtout gravement la statique et la dynamique du pied, responsable d’hyperkératose (corne aux points d’appuis), premier temps qui va ensuite provoquer des saignements (hématomes) en profondeur et qui laissera à la place des ulcérations de la peau : c’est le mal perforant plantaire.

Par ailleurs, l'occlusion des artères au niveau des membres inférieurs (artérite) entraîne un déficit d'oxygène dans le sang nécessaire à la cicatrisation et va donc fortement aggraver le processus.

Comme les yeux, les pieds sont alimentés par un réseau d'artères et de petits vaisseaux qui apporte aux muscles et aux tissus l'oxygène et les nutriments nécessaires à leur fonctionnement. En cas d'artérite, les artères des jambes se bouchent, diminuant l'apport en oxygène aux pieds. Résultat, les plaies s'étendent et ne cicatrisent pas, l'amputation est alors le dernier recours.

Or, à l'origine d'une plaie infectée ou d'une gangrène, il y a le plus souvent une petite blessure qui aurait pu être évitée et provoquée par :

  • une chaussure (ampoule due au frottement d’une chaussure neuve),
  • un ongle mal taillé
  • ou un durillon ou "le mal perforant plantaire" que nous avons vu, véritable complication spécifique de la neuropathie.

Il est admis que 10% des diabétiques courent un risque d'amputation. C'est peu et beaucoup à la fois car on dénombre chaque année, en France, près de 10 000 amputations dues aux complications du diabète.

On sait qu'un grand nombre de ces amputations pourraient être évitées par davantage de prévention, un diagnostic précoce et des soins appropriés.

 

Prévention : garder un œil sur vos pieds !

Si vous avez du diabète, l’intégrité de vos pieds est à risque, aussi il convient de veiller à un certain nombre de bonnes pratiques :

  • Conserver une hygiène irréprochable de vos pieds, orteils et ongles,
  • Contrôler et maintenir une surveillance visuelle régulière (par vous-même, un proche ou un spécialiste) de l'état de vos pieds,
  • Mettre en place des soins et traitement adaptés à la moindre blessure ou anomalie, comme les produits au miel de manuka Medihoney® par exemple,
  • Bien choisir ses chaussures

Dernier conseil et non des moindres, évitez de marcher pieds nus et prêtez une attention particulière au choix de vos chaussures. Attention : les pieds gonflent dans la journée, achetez vos chaussures en fin de journée et mettez-les progressivement pour qu’elles se fassent à votre pied sans vous blesser. N'oubliez pas que chaque pied est différent et qu'il convient d'avoir des chaussures adaptées à sa morphologie, aux conditions de marche et à l'état de santé de ses pieds.

En cas de pied infecté, il faut retrouver un diabète équilibré, arrêter de fumer (car le tabac a des effets sur la circulation sanguine), éviter les facteurs de risque, etc. Certaines techniques et dispositifs d'hygiène ou de confort (comme les bouillottes, certains coupe-ongles, etc.) sont à proscrire car peu compatibles avec des pieds fragiles.

Tous ces bons réflexes vous éviteront bien des désagréments et des douleurs inutiles. Vous garderez des pieds en bonne santé et empêcherez les complications graves de s'installer. Médecins, podologues, structures éducatives ou médicales (à l'hôpital ou dans les réseaux de soins) peuvent aussi vous informer et vous former à ces bonnes pratiques.

 

Études de cas de patients atteints de diabète et souffrant de lésions au pied, soignés avec du miel de manuka Medihoney®

  1. Étude de cas 1 
  • Le patient :
    • Femme, 78 ans, diabète de type 2, insuffisance rénale en stade terminal et neuropathie périphérique.
    • Souffrait d’un ulcère chronique neuropathique sans exposition de l’os situé sous l’articulation du métatarse.
  • Le traitement :
    • Compresses d’alginate Medihoney®.
    • Changement de pansement tous les 1 à 3 jours selon la quantité d’exsudat produit.
  • Évolution de la plaie

évolution plaie pied diabétique

 

  1. Étude de cas 2
  • Le patient :
    • Homme, 62 ans, antécédents de diabète de type 1 (diabète insulino-dépendant), complications suite à un accident vasculaire cérébral avec hémiplégie, vit en EHPAD. A subi une amputation trans-métatarsienne avec pontage suite à l’aggravation d’une plaie du gros orteil du pied gauche.
    • Souffrait de complications de cicatrisation de la plaie chirurgicale (infection, douleur).
  • Le traitement :
  • Evolution de la plaie

évolution plaie pied diabétique cas 2

Sources : epansement.fr, vidal.fr, federationdesdiabetiques.org, lefigaro.fr

Gel cicatrisant au miel de manuka

Marque : Medihoney®

Gel cicatrisant au miel de manuka
À partir de 60,20 € T.T.C

Miel cicatrisant antibactérien 100% miel de manuka

Marque : Medihoney®

Miel cicatrisant antibactérien 100% miel de manuka
À partir de 27,55 € T.T.C

Pansement hydrogel adhésif au miel de manuka

Marque : Medihoney®

Pansement hydrogel adhésif au miel de manuka
À partir de 81,10 € T.T.C

Tulle au miel de manuka

Marque : Medihoney®

Tulle au miel de manuka
À partir de 33,65 € T.T.C

Pansement d'alginate au miel de manuka

Marque : Medihoney®

Pansement d'alginate au miel de manuka
À partir de 64,25 € T.T.C

Commentaires à propos de l'article : "Quel traitement pour une plaie chez un patient diabétique ? – BNM Santé"

Connectez-vous ou inscrivez-vous maintenant pour commenter :

CONNECTEZ-VOUS !


Vous êtes déjà client ?

Connectez-vous pour accèder à votre compte et retrouver tous vos avantages.

Inscrivez-vous !

Saisissez votre adresse e-mail pour créer votre compte.

ou inscrivez-vous avec votre compte Facebook :


Aucun commentaire

Garanties

Livraison rapide

Pour toute commande saisie avant midi : livraison sous 48h par Colissimo domicile ou le lendemain avant 13h par Chronopost.

Paiement sécurisé

Payez en toute sécurité et sans surcoût grâce à notre partenaire bancaire.

Des prix compétitifs

Nous travaillons avec un réseau de partenaires fidèles. Nos produits sont négociés par notre service achat qualifié et expérimenté.

Des spécialistes

Nos équipes ont 30 ans d'expérience dans le secteur médical et ses dispositifs. La satisfaction client est notre priorité.

+

Nos 5 dernières actualités

aloe vera

Focus : les ingrédients de nos produits : l’aloe vera - BNM Santé

Les produits Medihoney sont composés à 100% de produits naturels, mais quelle est la valeur ajoutée de ces ingrédients en complément du miel...
+
Cancer du sein

Mastectomie, reconstruction et cicatrices

Qu’est-ce que la mastectomie ? Quid de la reconstruction mammaire ? Comment améliorer et atténuer ses cicatrices après cette ou ces...
+
Allaitement

Allaitement et miel de manuka - BNM Santé

Découvrez comment le miel de manuka peut aider à soulager certains maux liés à l’allaitement, notamment les crevasses.
+
personnes agées

Cancer et miel de manuka - BNM Santé

Le miel de manuka, par ses nombreuses vertus, peut aider à soulager les plaies liées au cancer et à la radiothérapie. Que ce soit en...
+
Femme au soleil

Les effets du soleil sur la peau - BNM Santé

Découvrez les effets du soleil sur la peau, comment la protéger durablement et comment protéger au mieux les zones fragilisées comme les cicatrices.
+
Bébé eczéma joues miel de manuka

Comment soulager une allergie cutanée ? – BNM Santé

Découvrez nos solutions naturelles pour soulager vos allergies cutanées. Protéger et bien hydrater votre peau permet de calmer les éruptions...
+
grosse brulure main

Comment soigner une brûlure avec du miel ? – BNM Santé

Découvrez nos solutions à base de miel de manuka pour soigner une brûlure. Bien protéger et bien traiter les plaies permet d’optimiser le...
+
Atténuer une cicatrice grâce au silicone

Les bienfaits du silicone pour atténuer une cicatrice – BNM Santé

Découvrez nos solutions à base de silicone pour soigner vos cicatrices. Les pansements et gels siliconés protègent et atténuent les...
+
escarre et miel de manuka

Soigner les escarres : le miel de manuka, remède naturel ? – BNM Santé

Découvrez nos solutions pour traiter naturellement une escarre. Bien protéger et traiter les plaies permettent d’accélérer le processus de...
+
Diabète alimentation santé plaies

Quel traitement pour une plaie chez un patient diabétique ? – BNM Santé

Découvrez nos remèdes naturels à base de miel de manuka pour les plaies diabétiques et comment favoriser la cicatrisation de ces blessures qui...
+
Césarienne sourire

Comment atténuer sa cicatrice après une césarienne ? – BNM Santé

Découvrez nos solutions pour soigner une cicatrice post-césarienne. Prenez soin de votre cicatrice après une césarienne en la nettoyant, la...
+
Crevasses au talon

Quel remède naturel pour soigner une crevasse à la main ou au pied ? – BNM Santé

Découvrez nos remèdes naturels à base de miel contre les crevasses. Bien hydrater ses crevasses à la main ou au pied permet de soulager les...
+
Lèvres gercées

Le miel, un remède naturel pour soigner les lèvres gercées ? - BNM Santé

Découvrez nos remèdes naturels à base de miel contre les lèvres sèches et gercées. Bien hydrater ses lèvres permet de lutter contre les...
+
Les bienfaits du miel de manuka pour la peau – BNM Santé

Les bienfaits du miel de manuka pour la peau – BNM Santé

Découvrez les bienfaits du miel de manuka pour les problèmes de peau. Véritable remède miracle, ce miel aux propriétés antibactériennes...
+
Kyste pilonidal traité par chirurgie

Traitement d’un kyste (ou sinus) pilonidal avec un gel antibactérien au miel de manuka après incision et drainage

Qu'est-ce qu'un kyste ou sinus pilonidal ? Quelles sont les causes de l'apparition d'un kyste pilonidal ? Comment le traiter ? Est-ce que le miel...
+
 
Votre article a été ajouté au panier.
FB